Peintures Murales des Régions Alpines

Présentation

Version imprimable

Le programme européen PREALP, initié en 1992, est consacré au recensement et à l’étude des peintures murales, religieuses et profanes, de l’ensemble de l’arc alpin – du Léman à la Méditerranée et de la Savoie jusqu'au Frioul.

Période

Du point de vue chronologique, la période considérée, du début du XIIIe siècle à la troisième décennie du XVIe siècle, correspond à un temps d'efflorescence pour la peinture murale alpine. Naturellement la peinture murale n'apparaît pas dans les Alpes à l'aube du XIIIe siècle. Toutefois les décors peints antérieurs à cette époque - en dépit de quelques exemples fameux - sont trop peu nombreux pour faire l'objet d'une étude systématique informatisée. Il faut en effet attendre les alentours de 1200 pour conduire une enquête qui s'enrichisse d'un dialogue naturel avec l'histoire locale. Si elle atteint son point d'orgue au XVe siècle, elle ne révèle pas de rupture à l'orée du XVIe siècle. Bien plus cette périodicité, entre Moyen Age et Temps Modernes permet d'observer concrètement les résistances et l'originalité d'une production artistique, si longtemps méconnue qu'on a pu de "désert culturel alpin"

Lieux

Ce programme est sous bien des aspects une opération européenne.

Son objet d’étude, les peintures murales, se déploie sur les deux versants de la chaîne alpine au gré de la circulation des modèles et des hommes indépendamment des frontières tant médiévales que modernes. Trois pays sont directement impliqués dans la recherche :

Les chercheurs qui l’animent depuis le début sont Français, Suisses et surtout Italiens, les plus nombreux car ce sont les vallées italiennes qui offrent le plus grand nombre d’œuvres et les mieux conservées.

Enfin, la base de données iconographiques, une des principales réalisations du programme, a été conçue comme un outil trilingue (français, italien, allemand).

D'abord centré sur les peintures des édifices religieux, le recensement a été étendu à la totalité des décors peints de ces régions afin de ne pas mésestimer l'importance de l'iconographie profane et de la culture courtoise. Toutefois la place prépondérante de l'image religieuse ne doit pas surprendre dans cette chrétienté latine du Moyen Âge tardif qui se présente par bien des aspects comme le lieu d'une "religion des images".

Le programme est né d'une collaboration entre plusieurs partenaires :